« Mon crâne est floral | Page d'accueil | La mer comme un souvenir »

22/07/2012

La mer comme un souvenir

Le travail est l'opium du peuple et je ne veux pas mourir drogué.
(Boris Vian)

Belle entrée en matière pour ne rien faire.

Mon atelier désert est rendu au souris depuis 2 semaines.

Je passe vite fait relever le courrier, la série "Animalité" est toujours sur la grande table.

7 dessins faits à l'arrache avec de l'encre de chine (made in China..!)

fusain et vernis plus rehauts de blanc

"Animalité"..

l'être humain n'est qu'un animal qui aime bronzer.

Je ne critique, je ne juge pas, je constate cet affalement collectif qui nous tombe dessus de juillet à fin août.

l'être humain se rend à la plage, la tête  sous le soleil exactement. Il ne va pas au turbin, il se rend à la plage, son corps l'accompagne.

Pas de commentaires sur ce corps, c'est juste  ce déplacement qui compte, ce mouvement  qui occupe l'espace. Une ombre portée sur le sable accompagne le corps.

Plus tard parvenu sur la plage le corps se mettra à plat juste à coté de l'ombre qui déjà somnole.

On notera le parfum persistent d'une crème solaire, le livre de poche chahuté par les rafales d'une tramontane à l'œuvre, la mer déjà comme un salé souvenir..

De la série "animalité"

craie blanche encre et fusain et vernis acry 65x50

gegout ©adagp2012

sauce velours animalité4


18:52 Publié dans art et création | Tags : mer, sable, animalité, boris vian, bronzage, vacances, dessin de corps couché | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.