« Swiss art place à Lausanne | Page d'accueil | Détail du portrait de Geneviève »

09/09/2013

Une giboulée de mots à éditer

Voici une partie des textes qui entreront dans l'édition de ce livre d'art que je cherche à éditer

 LIvre d'art illustré de mes aquarelles sur un Jura en hiver 2012-2013

 

 d'autres textes et peintures à venir

 

Je cherche un éditeur, merci de me donner vos idées

crêt de chalame

Le nuage en frôlant le piémont s'épuise
Une giboulée déjà s’éloigne
La forêt retient son souffle.
Viendront d'autres traversées blanches
la grisaille ira grain par grain vers le blanc
tourbillon qui en ajoutant, enlève

 

brume

Thoiry le 3 septembre 2013
 
Les "hauts de Thoiry" seront bientôt dans l'ombre après une journée de bise juste bien comme il faut, le soleil glisse lentement derrière la "Marie du Jura" qui  se découpe en contre jour, quel contraste avec le bassin Lémanique encore inondé  de lumière.
Le Jura réchauffe son squelette,  le calcaire je le devine brûlant aujourd'hui. Dans deux mois la neige sera là-haut. Peut-être avant, je la guette chaque matin dès les premiers frimas.
Je verrai le premier soupoudrage, pigments de blanc qui se posent sur la crête en laissant cette gamme de gris que je tente encore de traduire avec le frottis du pinceau sur le papier torchon de mes aquarelles.
Je ne voudrai pas voir disparaître cette première offensive de l'hiver. Et il faudra attendre qu'il arrive cette fois pour de bon...
L'hiver 2013 a pris son temps pour s'installer solidement, timide incursion à skis le 19  novembre au Reculet.(50cm vers 1500m..!)
Ensuite l'hiver ici dans la Jura et ailleurs se déchaina.
Je suis monté là-haut par tous les temps, deux ou trois fois par semaine, skis aux pieds, appareil photo autour du cou, j'ai souvent renoncé au sommet du  Reculet si souvent pris dans la tourmente.
J'ai vu la neige s'accumuler, les corniches grossir, les chamois ne pouvant plus fuir, les flancs pris dans la couche de poudre..
J'ai ressenti l'immense souffle de la solitude au dessus des stratus, le ciel qui se bouche en 2 minutes et le vent qui efface toutes traces.
Du Tiocan à la Rivière, du soleil matinal au passage dans l'ombre versant
Valserine.
J'ai vu les alertes aux avalanches, les gueules de baleine menaçantes s'ouvrants dans la combe S.E.
J'ai skié  d'autres itinéraires rendus possibles à skis grâce à l'enneigement exceptionnel. (250cm à l'abri du vent mesuré vers la Vattay..) plus de 7m de cumuls à la Faucille...
Ce carnet de voyage en neige Jurassienne est un hommage rendu à cet hiver 2012-2013.

cirque narderant mail copie ©

Les commentaires sont fermés.