défiguratif

  • Du néant succulent

    Du néant succulent

    Publié le 23 juin 2014 par geg

    structurant, voila un mot qui structure notre existance.
     Que  serions nous si nous n'étions  existants  que par le fait d'exister..
     Exister sans éléments structurants serait vide sidéral.. anti matière sans matière..

    Mes flo flotteraient elles aussi dans un néant sans fondement passants de la dégoulinure à la tartine.


     Moi par exemple, je  ne serais que  poils, paysage hirsute, primitif sans arts, chaos ingérable.
     Et c'est pour cela  qu'il nous faut inventer L'ELEMENT STRUCTURANT, celui qui nous permettra de gérer le chaos. L'ingrédiant succulent qui donnera sens au néant.

    Donner du sens à l'insignifiant voilà qui est rassurant. 

     
    100x80 8ème et dernier état de Flo sans perle

    100x80 8ème et dernier état de Flo sans perle

  • Défiguratif

     

     
     

    sans pitre

    Du carnet de voyage aux aventures de Flo la muse de toutes les muses, en passant par un commentaire plus ou moins drôle, une de mes peintures, dessin ou photo illustre le texte. Art contemporain, montagne et neige font ici bon ménage. God is a snow man !

    Défiguratif

    Publié le 13 juin 2014 par geg

    Temps idéal pour aller visiter mon album de dessins et acry sur papier rangés bien au frais...!
    Les corps sont présents , le  corps au naturel intemporel.

    (un temps pour elles)
    Le dessin de nu voilé dédoublé comme en écho, déformé, trituré.

    Je viens de recevoir un mail de la communauté Wikimedia

     

    File:Smoking girl 150x120.jpg a été listé dans les demandes de suppression pour que la communauté puisse discuter afin d'établir si ce fichier devrait être conservé ou non. Nous aimerions que vous participiez à cette discussion, qui se déroule dans le paragraphe consacré à cette question.

    Si vous êtes la personne qui a créé ce fichier, prenez bien note que le fait qu'il soit soumis à cette procédure ne signifie pas nécessairement que nous n'accordons pas de valeur à votre travail. Cela veut simplement dire qu'une personne croit qu'un problème précis se pose au sujet de ce fichier, comme par exemple un problème de copyright.
    Dans tous les cas, ne prenez pas cette procédure comme une attaque personnelle. Merci !

    concernant une de mes peintures servant à illustrer un article sur" l'art défiguratif"

    "smoking girl"

    in the dark .jpg

    est en effet  une icone de cette définition que je revendique.

    La peinture défigurative n'a pas vocation éducative.. Cette récupération ou justification de l'expression artistique relève d'une manipulation culturelle. L'artiste que je suis revendique le droit et le devoir d'une création échappant à tout critère éducatif.

    Je laisse ce job à d'autres "bien agissants" dans le cadre d'une société ou tout devrait avoir du sens...

    Les décideurs sont souvent les censeurs  de ceux qu'ils ne peuvent pas comprendre

    Lorsque je peins,je ne délivre aucun message, aucune intention.. si ce n'est le fait de me surprendre moi-même. 

    Cette société à la dérive veut sacraliser ce qui serait l'ultime présence de sens. L'artistiquement correct en serait une fois de plus le dépositaire. 

    L'art comme une ultime tentative de restauration d'un pouvoir incapable de décider au delà du quotidien auquel ils ne croient même plus.

    L'art défiguratif n'est pas un concept nouveau. Une certaine apologie du glauque et de la laideur ne me touche pas davantage.

    l'artiste doit se battre chaque jour pour ne pas être récupéré par ces  détenteurs de la vérité culturelle qui ne peuvent pas maîtriser le "mystère de l'art" 

    Et ce mot "mystère" a forcément une connotation sacré

  • Manger son travail

    Montrer, exposer son travail.

    Voila bien la préoccupation Majeure de la plupart des artistes que je connais
    Ou montrer sa création, son travail dans ce monde ou l'image , la "création" sont profusion
     Les galeries sont devenues frileuses et celles qui font un authentique travail de promotion des artistes qu'elles soutiennent sont rares
     La plupart d'entre elles sont devenues des "loueurs d'espace" pour artistes (riches) en quête de reconnaissance
    .

     Je lisais hier les commentaires sur la page  FaceBook  d'une artiste reconnue qui ose dire qu'elle est actuellement sans le sou.. plus de quoi payer son chauffage, la dèche, la misère hante les ateliers..

    Beaucoup renoncent ou sous la pression du fric font n'importe quoi afin de survivre..

    Bientôt les performances dans les galeries chics et branchées ou l'artiste mangera en live son oeuvre..!

    dernier état de Flo 102 x79 acry sur toile et marouflage gegout©adagp2014

    flo 102x79 .jpg


    En attendant... je peins ...!

  • Magic brush

    The magic brush..!

     

    Un pinceau, outil archaÏque, fait d'un manche qui doit bien mesurer 25 cm de long et à une de ses extrémités , une touffe de poils, soie de porc ou autre matière synthétique. l'autre extrémité est taillé en biseau .. futé ..!
    Fidèle, rien à lui reprocher, le laisser faire ,il sait tout faire, avec une préférence pour les silhouettes aléatoires... 

    Flo cambrée

    Une des peintures 120x80 cette toile au fond vermillon sera visible à la galerie "la grange" de Romainmôtiers en Suisse dès le 3 mai 2014

     
  • Faut laicher chécher..

    Passer tout le jour à l'atelier entre Flo et ses fantômes. Glisser d'une chose à l'autre, d'un papier à l'autre, peindre, se perdre dans le capillaire, le vaisseau bleuâtre qui traverse un sein ou l'autre, voire les deux...

    C'est se plonger en chair profonde, en lymphes translucides, laisser surgir une pigmentation, peindre ce qui glisse entre les secondes

    Les secondes sont les poussières du temps , celui qui s'attarde entre ses seins, semence giclée, giboulée de printemps, laisser sêcher...!

     Suivent trois états de Flo du jour.

    80x60 acry sur toile et marouflages

     gegout©adagp2014

    IMG_0010.jpg

     

     

    IMG_0011.jpg

    IMG_0012.jpg

  • Flo à la fondation Taylor à Paris

    Texte qui présente Flo à Paris à la fondation Taylor et à Martigues  aux 14 èmes rencontre d'art contemporain. Deux grandes expos de mon travail actuel. 42 peintures seront accrochées dans ces 2 lieux différents.   

     
    Alain Gegout a ce génie de la dématérialisation de la forme humaine. Maître des angles, de la courbe et du rythme, il dissèque, brise et accentue avant de restructurer, revendiquant un objectif « défiguratif. » L’intention est de défigurer sans détruire, éliminer ce qui est trop esthétique sans représenter le corps dans son idéal de perfection. 
    A l’aide de cartes à puce, de spatules, chiffons et pinceaux, il compose à l’acrylique. Le sable, la cendre et le papier viennent chahuter la planéité pour créer un relief où les strates se succèdent. Il recouvre, maroufle jusqu’à la trace ultime. « Mon travail c’est comme un palimpseste qui ne préserve pas les couches. Je passe autant de temps à ajouter et à enlever, en juxtaposant, lavant, vaporisant ou grattant. » 
    L’élaboration d’une œuvre d’Alain Gegout peut s’échelonner sur plusieurs années. Un travail de longue haleine avec ses discontinuités et ses juxtapositions d'espaces temps effaçant tout repères. Le temps ne s’affiche pas. Il reste absent dans la représentation du réel, l’invisible se trouvant ainsi mieux suggéré. 
    L’artiste compose une variation autour d’une muse intemporelle, identifiée sous le nom de Flo ; héroïne générique, énigmatique, unique et multiple à la fois. Sa réalisation fictive se mêle à la fascination subjective pour rattacher l’icône à une perception plus intime.

    Sa nudité sans fard est parfois accompagnée d’un voile. Sous la virtuosité du drapé, on décrypte une transparence diaphane de la peau, virginale. Innocente, évanescente, Flo est baignée dans un paysage couleur sang, comme prisonnière de l’espace-temps dicté par le flux d’un cycle menstruel. L’endomètre se désagrège pour redonner vie. Eros et Thanatos… La valeur intrinsèque de la couleur rouge ne se situe-t-elle pas entre la vie la mort ? « C’est l’irréfutable tragédie humaine. Le rouge est lié à mon optimisme convulsif, la passion, l’envie de vivre face à ce désespoir. »
    Sous cette dominante ardente, l’œil absorbe tout et finit par considérer la beauté déstructurée et ses malformations comme normales. La muse-créature affiche une animalité qui s’accepte. Son image comme sa dignité ne sont jamais atteintes ou dénaturées. Rendue à l’état naturel dans sa déformation anatomique, elle s’affirme sculpturale, tel un menhir de chair. Lascive, lubrique, parfois indécente, elle nous donne l’impression d’assister à un moment fortuit. Flo éveille et remue notre émoi sensuel, dévoilant un côté spontané, jouissif. Un trait androgyne se dessine parfois sous une couche de l’épiderme. Cette imbrication mi homme mi femme, expérience presque hallucinogène d’apparition et de disparition, nous projette aux confins de l’érotisme, à la rencontre d’une étrangeté plus secrète. Elle s’illustre sans complexe, sous une nouvelle incarnation. Une image subliminale apparaît : celle d’un regard qui dure le temps d’un éblouissement.
     
     
    Caroline Canault. 

    invit taylor

    l'invit martigues

  • Les incultes en politique

    Faut-il faire dans la culture.. là maintenant dans cette période de doute, 

    ( je n'ai pas écrit crise..! )

     Beaux Art Magasine publie  en février 2014 un article racoleur sur l'art et les politiques..

     On est ravi de lire que Sarko et Hollande sont dans la même poubelle.. la poubelle des incultes .. 


     Pour éviter la déroute, il faut en période de doute, prendre la route..
    L'éloge de la fuite, éloge sans loge, se promener dans le néant, le nez en avant , la truffe fraîche; Je suis un chien disait Ferré, soyons des chiens, des chiens de riches, des chiens de rien, de miches que l'on lèchent dans la niche.
    Des chiens  qui pissent sur la culture en friche.. 

     Après un lundi à l'atelier, l'atelier est aussi là pour l'éloge de la fuite..je sors une flopée de Flo, toutes dans les cartons, euh.. pas toutes.

    18 dont une dizaine de grands formats pour l'expo Chez Taylor .

     Et exactement 24 pour l'expo à Martigues..avec là aussi qqs grands formats 180x180 ,175x156, 150x120 qui seront visibles

    flo balconnet

    Flo balconnets colle à cette  fascination des seins lourds et pas forcément tombants 

    65x50 acry sur toile avec marouflages gegout©adagp2014

    liseré jaune

     on notera la même fascination mammaire ici 

     Flo au liseré jaune 80x60

     Gegout ©adagp2014

    En voici 2 qui n'y seront pas .. dommage, mais faut bien arrêter la liste une fois pour toutes 

  • Elles

    Elle regarde  passant l'aspirateur les poussières
    d'étoiles
    Elle avale  un arc-en-ciel en  se maquillant la voute céleste, ventre en avant devant le miroir

     Elle se jette sur le coté

     l'œil en coin
     un dernier regard, ventre cette fois rentré

    Elle...

    flo-diagonale.jpg

     flo diagonale 146x110 acry et nombreux marouflages et matières accumullées

    gegout©adagp2014 

  • Retour aux pinceaux

    Retour à l'atelier ce matin.

    J'ai une peur bleue de toutes les couleurs, je regarde les murs, mes peintures, mes pinceaux, et je me sens comme un puceau..

    Peindre encore avec cette énergie qui coule dans mes veines.

    Flo-et-peintures-en-2014 2258

    Adam et Rêve, suite.180x180 acry sur toile

     gegout©adagp2014

     

     Il me fallait un grand format pour tenter cette transition.

    Passer des immenses paysages blancs ou je me suis retrouvé à cet univers cadré de la peinture.

    Flo-et-peintures-en-2014 2253

     Sortir du cadre, et laisser respirer la toile

    Flo-et-peintures-en-2014 2254

     Je pense à voir ressenti ça aujourd'hui dans le silence de l'atelier rythmé par Purcell. 

    Flo-et-peintures-en-2014 2257

  • Madame macadam


    Flo  se conjuge au quotidien

     change de méridien

     s'en lave les mains
    Son cerveau macadam 

    fond même en hiver

     porte des bas bleus de dame

    1flo bas bleus

      Dansez sur son nombril, posez vos pieds vos seins votre sexe sur sa mémoire,  sable liquide, mémoire  chocolat, silice en diable

     2 état bas bleus

     ses bas bleus 160x80 acry sur toile 

    gegout©adagp2013

    bas bleux 160x80

  • Au secours..

    Flo a son regard de folle, un regard qui se transforme de minute en minute...

     Je tente de faire la sieste, je suis posé là juste en face d'elle, j'ai les pieds sur la grande table de l'atelier.. Flo me regarde.

    Son regard est déjà différent, elle est bien vivante, malgré les couleurs qui se heurtent dans ses yeux, le vernis acrylique est le liquide amniotique de sa folie..

     Je le sais , j'aime caresser son iris de la pointe du pinceau, lui irriter les pupilles..

    Vite, il faut là aussi en finir, passer à autre chose, aller sentir la neige qui me fait elle aussi des clins d'oeil...

    Flo-en-2013 1329

    Flo au regard  plus que vivant

    mais pas fini... 

     acry sur toile 65x50gegout©adagp2013

  • L'invisible suggéré.. quel oxymore..!

    Beauté défigurée, Flo est la muse d’une tragédie humaine où Eros et Thanatos affluent jusqu’à sang.

    Alain Gegout a ce génie de la dématérialisation de la forme humaine.

    Maître des angles, de la courbe et du rythme, il dissèque, brise et accentue avant de restructurer, revendiquant un objectif « défiguratif. » L’intention est de défigurer sans détruire, éliminer ce qui est trop esthétique sans représenter le corps dans son idéal de perfection.
    A l’aide de cartes à puce, de spatules, chiffons et pinceaux, il compose à l’acrylique. Le sable, la cendre et le papier viennent chahuter la planéité pour créer un relief où les strates se succèdent. Il recouvre, maroufle jusqu’à la trace ultime. « Mon travail c’est comme un palimpseste qui ne préserve pas les couches. Je passe autant de temps à ajouter et à enlever, en juxtaposant, lavant, vaporisant ou grattant. »
    L’élaboration d’une œuvre d’Alain Gegout peut s’échelonner sur plusieurs années. Un travail de longue haleine avec ses discontinuités et ses juxtapositions d'espaces temps effaçant tout repères. Le temps ne s’affiche pas. Il reste absent dans la représentation du réel, l’invisible se trouvant ainsi mieux suggéré.
    L’artiste compose une variation autour d’une muse intemporelle, identifiée sous le nom de Flo ; héroïne générique, énigmatique, unique et multiple à la fois. Sa réalisation fictive se mêle à la fascination subjective pour rattacher l’icône à une perception plus intime.

    Sa nudité sans fard est parfois accompagnée d’un voile. Sous la virtuosité du drapé, on décrypte une transparence diaphane de la peau, virginale. Innocente, évanescente, Flo est baignée dans un paysage couleur sang, comme prisonnière de l’espace-temps dicté par le flux d’un cycle menstruel. L’endomètre se désagrège pour redonner vie. Eros et Thanatos… La valeur intrinsèque de la couleur rouge ne se situe-t-elle pas entre la vie la mort ? « C’est l’irréfutable tragédie humaine. Le rouge est lié à mon optimisme convulsif, la passion, l’envie de vivre face à ce désespoir. »
    Sous cette dominante ardente, l’œil absorbe tout et finit par considérer la beauté déstructurée et ses malformations comme normales. La muse-créature affiche une animalité qui s’accepte. Son image comme sa dignité ne sont jamais atteintes ou dénaturées. Rendue à l’état naturel dans sa déformation anatomique, elle s’affirme sculpturale, tel un menhir de chair. Lascive, lubrique, parfois indécente, elle nous donne l’impression d’assister à un moment fortuit. Flo éveille et remue notre émoi sensuel, dévoilant un côté spontané, jouissif. Un trait androgyne se dessine parfois sous une couche de l’épiderme. Cette imbrication mi homme mi femme, expérience presque hallucinogène d’apparition et de disparition, nous projette aux confins de l’érotisme, à la rencontre d’une étrangeté plus secrète. Elle s’illustre sans complexe, sous une nouvelle incarnation.

    Une image subliminale apparaît : celle d’un regard qui dure le temps d’un éblouissement. 


    Caroline Canault.

    flo 120x80 juillet

    Flo 120x80 acry et marouflage sur toile gegout©adagp2013

  • Détail du portrait de Geneviève

     

     Voici pour votre regard insicif le portrait d'une de mes charmantes élèves, beau profil néoclassique..n'est-ce pas..?
    J'aime aussi le portrait, comme ça sous la forme la plus simple du dessin , fusain ou sanguine et je roule dessus un jus de Vernis acrylique qui déplace et fige les hasards du dessin..
     Quelle place peut avoir la couleur dans le portrait ?
     Bien sûr je pense à Bacon, chez lui le portrait devient peinture et la couleur reprend sa place naturelle: Bacon fait de la peinture, il ne fait pas du portrait, ou alors le portrait n'est que prétexte à la peinture.

    Ces quelques réflexions alors que l'expo sur le portrait bat son plein à Lausanne.

    jusqu'au 28 septembre

    du mardi au vndredi de 15 à 18 h et le samedi de de 14 à 17 h

    détail Geneviève

    Geneviève 80 x60 acry sur toile détail de 

    gegout©adagp2013



    portrait d'Elle sanguine et caparol A3

  • Un Nu au trait retenu

    Dessin sur papier ingres coloré début 2000

    65x50 gegout ©adagp2013

     

    Un dessin presque académique aux deux crayons sur papier Ingres coloré avec rehauts de gouache blanche

     histoire de barbouiller cette retenue du trait


     le modèle pose pour moi très sagement
     garde sur elle ce qui habille...


    65x50cm sanguine pierre noire et acry sur papier 2002

  • L'Odalisque ( la grande)

    Tous les amateurs de grande peinture connaissent cette toile peinte par M Ingres au début du 19 eme siècle . La grande Odalisque a fait parler d'elle presque autant que l'origine du monde de Courbet.image.jpg On a parlé de son dos si rond, si riche en vertèbres, on a dit son sein bien visible , si riche en silicone, on a osé même parler d'un troisièmes sein , ou d'un goitre naissant. M Jean Dominique Ingres devait bien rire de ces commentaires, lui qui jouait avec les rondeurs de son crayon mine de plomb. Mais au chapitre des aberrations de cette peinture , peu , sauf erreur de ma part, ont commenté la bizarrerie de son cou. Prenez le temps d'observer sa nuque juste la derrière l'oreille bien visible. Vous noterez cette fusion incroyable du turban qui vient se greffer sur le cou, comme si elle était née avec ce turban tout naturellement... Cette aberration relève d'une distorsion que je ne comprends toujours pas.. Sur ce ... Je pars vers le Tyrol croquer qqs chalets . De retour vers le 7 juillet Je vous souhaite enfin du soleil , du serein soleil , sans cataclysme .. Merci de votre regard.

  • Gris de Paynes

    Alors qu'un énorme cumulonimbus congestus se promène méchamment au dessus de ma tête. 

    Je pose un fond gris de paynes sur florange...

     Toujours fasciné par l'importance du fond sur  notre  perception de la forme..

    Je laisse venir la menace grise, au loin je devine le soupir des parasols.

    La canicule fond sur le macadam.

    Florange

    80x60 acry sur toile avec marouflage 

    gegout©adagp2013

    orange et fond gris.jpg
  • Offrande à la pluie

    Son dos  sous la mousson, assise sur la mousse,  

    soumise à la pluie
    Non pas fesses ouvertes offertes... simplement seule, assise sur la mousse verte

     gorgée

    offrande à la pluie..


     nu de son dos  85x65cm acry sur toile 1999gegout©adagp collection privée

  • Erotica 13

    Ce n'est pas l'érotisme qui me tente, seule la peinture, le jus que j'en sors m'intéresse..

    Un désir d'éjaculation en quelque sorte.. et une excitation des papilles..

    flo-90x90.jpg

     

    la flo du jour au retour d'un vernissage à Romainmôtiers 

    90x90 acry sur toile et marouflages Gegou©adagp2013

    1.Poster-1.jpg

    J'y serai avec Flo dénudée de concepts

     

  • le printemps à l'atelier

    Alors que je laisse la parole au nivologue Alain DUCLOS, le printemps se referme une fois encore sur les Alpes. Ici au pied du Jura la pluie tombe.. mais dès 1100m d'altitude il neige, et la LPN devrait descendre cet après midi vers 900 à 1000m 

    "Pour le nivologue savoyard Alain Duclos, la particularité de cette fin d’hiver pourrait s’apparenter à un “printemps scandinave”.

    « Nous avons à la fois un hiver sans les réchauffements habituels de février, de grosses quantités de neige et un redoux subit, en avril.

    À ma connaissance, on n’a pas connu cela dans les 30 à 40 dernières années ». Pour Alain Duclos, cette situation est créée par les combinaisons inédites dans la structure du manteau neigeux et dans les types d’avalanches constatés."

    sans-pitre-image.jpg

    Mon atelier est un  refuge  gardé toute l'année par des flots de Flo, figures improbables, qui naviguent, balancent selon mon humeur des gris sourds aux couleurs vives.

     Ah.. ma bonne dame par ce temps on est bien besoin de couleurs vives..! des couleurs printanières même.. 

    C'est ce dont me parlent les deux galeries ou je serai bientôt présent.

    On veut du tonique, on veut des couleurs qui crachent le feu du printemps qui n'en finit pas de se languir..

     Mes Flo seront visible à Bruxelles  "chantiers house art "link rue du Bailly

    dès le 24 mai 2013

     Mes peintures seront aussi visibles dans une galerie

    ou je serai en permanence dès le mois de Juin

    en Autriche à Kirchberg in Tirol

     " galerie KB Brigitte Eggert"

    ate spring 2013-copie-1

  • 3 versions de son linceul

     Il s'encroute, prend de la matière, de l'assurance aussi.
    Une Flo de  plus sur cette toile qui déjà supporte ce que j'appelle depuis le début de son aventure

    "un linceul marouflé"


     On voit à chaque version cette épaisseur  de tissu qui fait comme un cadre dans le cadre
    je crois que je vais faire une brochure sur les nombreux états de cette peinture


     En tous cas cette toile sera sur le prochain catalogue édité par Dizart Edition en Mai 2013 pour une expo à Bruxelles

    dernier état de "son linceul" 95x85 acry et toile marouflée sur toile

    Gegout©adagp2010
    gegoutflo-son-linceul--2010-90x75-acry-et-toile-marouflee-sur-to.jpg
    Flo linceul  du 20 Mai 2010 en bas de page