galerie

  • la part du blanc

    Expo  Gegout avec Monica Mariniello à la galerie François Fontaine

    NOUS SERONS PRESENTS CE SOIR POUR LE VERNISSAGE 

    ROUTE DE CREDERY 47,  1242 SATIGNY 

    GENEVE CH

     info@galeriefrancoisfontaine.ch

    www.galeriefrancoisfontaine.ch

     

      invit.jpg invit texte.jpg

     

     

    Au cours de son existence d'arbre, l'arbre se développe, il grandit devient lui aussi de plus en plus droit et raide, et il finit par assumer son état d'arbre sans état d'âme.
    Je ne sais rien de ce qui se passe dans l'âme de l'arbre, alors j'envisage des hypothèses.
    Je le côtoie, le devine, le remarque et le regarde intensément quand il est différent des autres dans sa solitude, dans son attitude, je partage un instant de sa vie.
    Arbre, membre tendu vers le ciel, ou courbé vers ses racines.
    On ne s'attarde pas dans le quotidien d'un arbre, sa vie est souvent silencieuse, juste quelques rugissements dans le vent, une dernière feuille morte lui échappe sans bruit par un jour gris noir de novembre.
    Les arbres que je dessine, que je peins à grands gestes ne sont pas des arbres, ils sont dessins ou peintures, et pourtant ils sont aussi ce que je devine de leur existence, ils sont ce que je ressens de notre destin.
    Alain Gegout

  • Manger son travail

    Montrer, exposer son travail.

    Voila bien la préoccupation Majeure de la plupart des artistes que je connais
    Ou montrer sa création, son travail dans ce monde ou l'image , la "création" sont profusion
     Les galeries sont devenues frileuses et celles qui font un authentique travail de promotion des artistes qu'elles soutiennent sont rares
     La plupart d'entre elles sont devenues des "loueurs d'espace" pour artistes (riches) en quête de reconnaissance
    .

     Je lisais hier les commentaires sur la page  FaceBook  d'une artiste reconnue qui ose dire qu'elle est actuellement sans le sou.. plus de quoi payer son chauffage, la dèche, la misère hante les ateliers..

    Beaucoup renoncent ou sous la pression du fric font n'importe quoi afin de survivre..

    Bientôt les performances dans les galeries chics et branchées ou l'artiste mangera en live son oeuvre..!

    dernier état de Flo 102 x79 acry sur toile et marouflage gegout©adagp2014

    flo 102x79 .jpg


    En attendant... je peins ...!

  • le concept d'inutilité

    Une promesse d'inutile, en ces temps de promesses destinées à la relance de notre Pays exsangue.

    Pinky Lolita 150x120 acry sable et marouflage sur toile gegout©adagp2012

    peinture2012-1585.jpg

    Une promesse d'art, de peinture, rien ici qui puisse servir une quelconque relance . Juste l'action de l'art pour revendiquer le concept de L'INUTILITÉ.

    Le concept de la futilité, le concept d'un onanisme même pas partagé . Ou alors juste par quelques aficionados rebelles en quêtes d'émotions "artistiques".

    Oui , je ferai encore de la peinture, c'est une évidence, une grande posée sagement, déjà sèche m'attend. Une de plus pour dire le rien d'une idée qui n'en n'est même pas une. Juste une intuition qui s'impose quand tout va bien. La peinture comme raison d'être, c'est peu, c'est dérisoire en période pragmatique et je ne demande rien au pouvoir quel qu'il soit.

    Et si l'art devait servir le pouvoir, je ferais autre chose..Une autre activité comme le jardinage, au moins avec la sensation de faire dans l'utile, faire de le primordial, ici maintenant, le jardinage loin des rumeurs avec le sens de la survie des salades en ces temps de saints de glace.

    une des pièces de Christine Vinson.

    peinture2012-1590.jpg

    flo Andalousia et Purple napalm acry et marouflage sur toile gegout©adagp2012

    peinture2012-1580.jpg

     

    Alimentaire mon cher Watson..!

    Juste dire que mon art inutile est visible à la galerie immobilière

    à Ferney-Voltaire dès maintenant et pour cet été.

    6 grands formats d'une déambulation à NYC sans les sempiternelles yellows cabs  et autres visions de la 5ème avenue.

    Juste des sensations imprégnées du lieu. Avec moi sur les murs ou sur des socles les sculptures aériennes de Christine Vinson, une artiste plasticienne et Parisienne...

    Brooklyn 150x120 acry sable et marouflage sur toile gegout©adagp2012

    peinture2012-1587.jpg

  • Au delà des apparences

     

     

    Je viens de parler longuement avec Christian Guex de la galerie "Au delà des apparences" située à Annecy..
    C'est un galeriste que j'apprécie pour ses choix et sa grande rigueur.
    Suis aussi touché qu'il ai accepté de présenter mon travail..
    Je pense comme lui qu'il faut continuer de croire en l'art qui s'engage au delà des apparences flatteuses et racoleuses.. On peut être tenté en ces temps de doute et de pessimisme par une forme d'art qui serait aussi une régression du sens critique.
    Du cran que diable..!
    Ne nous laissons pas impressionner par l'air nauséeux du temps car nous, nous sommes .. Intemporels..!

    Photo Philippe Tarbouriech

    portrait_de_phil_tarbouriech.jpg

     

     

  • Un cri de couleur

    J'écrivais ce trait de douleur, ce cri de couleur le 7 octobre 2010. La douleur permanente était au paroxisme.

    Bon, il est ou ce putain d'IRM que j'attends depuis 3 jours. Je vais pas passer le reste de cette semaine comme ça..Je fais un dessin et après je me suicide. Bon le dessin est fait et je suis encore vivant. J'ai pas de couilles pour aller me jeter sous un pont, sous un train.. d'ailleurs y'a point de pont, pas de train, seulement ceux que je peins..

    porte et big wall

    Mes peintures sont toujours visible à la galerie Calvin Rue Calvin à Genève

    Je vis aujourd'hui avec l'angoisse du retour de cette horrible souffrance.

    Mais à ce jour, la douleur est absente, et je vis à fond. Mon médecin préféré ne comprend toujours pas cette crise "poussée d'arthrose" sans la moindre récidive depuis . Bien sur j'ai eu droit à une injection de Synovie dans la hanche, et une semaine avant de retrouver une posturre normale..


     

  • Flo à Genève et à Annecy

    Juste vous rappeler les "lieux d'arts" ou vous pouvez voir mon travail récent. Pendant tout l'été:

    escalier calvin

    A Genève dans la vieille ville:  4 rue Calvin  galerie ouverte 4 jours par semaine ou sur rendez vous.  tél:+41 22 735 10 00

    A Annecy. Galerie "au delà des apparences" Vieille ville Rue de la Filaterie.

    ouvert du mardi au samedi de 14 à 19h.

    voir lien link.


    Et bientôt dès le 22 septembre à Paris.

    "Salon 109" cité internationale des arts hôtel de ville 18eme

    Belle fin d'été à vous et merci de votre regard.



  • Serge Labégorre

    Que du beau monde ce samedi à Annecy  à la  galerie
    "au delà des apparences"

    Bien entouré Le Christian Guex... dans l'ordre d'apparition, je citerai Delépine Jérome à la casaque verte..suivi de peu par F_O Brunet à la même casaque verte... juste après lui Miralles Christophe sans casaque verte..! et je n'oublie pas celui que l'on honorait ce soir là.
    Serge Labégorre him-self et ses figures aux gestes colorées et débauchés. Pour une débauche c'est une débauche de couleurs sur fond noirs et parfois tachés de ce vert que nous portions pour la plupart ce soir là..
    Le printemps à Annecy en quelque sorte.
    Du coup... pris d'un optimisme  délirant et débauché, j'ai fait l'acquisition d'une pièce.. Oh..! pas une grande, non une modeste pochade,  sur bois signée du grand Serge... ( Faut bien aider les p'tits jeunes qui démarrent Humm..!)

    Je plaisante. Serge Labégorre est un peintre, un authentique expressionniste.

    Labégorre ne doit pas aimer les classements, les catégories, les tiroirs dans lesquels on cherche à nous placer à tout prix afin de se rassurer. Labégorre ne cherche pas à rassurer d'ailleurs. Ses figures vivent une passion qui les dévorent, ses visages lorsque ils sont  masculins sont autant d'auto-portraits jetés sur la toile.

    Labégorre, anticlérical ou simplement amoureux d'un clergé coloré..?

    Ses évêques  (magnifique triptyque) sont des prétextes à la débauche chromatique..

    Ses jeux de mains ne sont pas des jeux de vilains..je les lis comme des hommages à certaines attitudes humaines. Je pense à cette peinture de femme  accrochée seule sur un des murs du haut, femme au vêtement vert, les bras tombent et se croisent formant une simple ligne , tel un balancier qui traverse souplement la peinture.

    Du bien bel ouvrage.. à voir jusqu'au 12 Mars 2011

    link

  • Le plein est le comble du vide

    "Le plein est  le comble du vide" sanspitre-se-prom-ne.jpg

    Le sans-pitre se promène dans la vieille ville de Genèèèèève

    photo de Layla Gegout

    Une de mes phrases que j'aime, empreinte d'une grande vérité, alliée à une profondeur d'analyse, cette réflexion en dit long sur l'étendue du sujet..

    De retour d'une visite de galerie à Genève , le trafic et les travaux dans cette ville m'ont confirmé dans cette absurdité. Une visite vite fait à la galerie Fallet qui expose encore pour qqs jours les peintures de sud-Américain

    Francisco SEPULVEDA. (prix azart 2009)

    Cette galerie et le peintre actuellement présent méritent le voyage, malgré le bordel pour circuler en ville.. Prenez le vélo nom de dieu..!

    Et n'écrasez pas les pelleteuses..!

  • Paris Match à la galerie racines

    Et voici comme promis l'article de Michel Aebischer, J'avais rencontré lors de mon expo au Forum de Meyrin ce personnage passionné d'art qui était chargé  de la programmation, c'était long time ago et depuis... perdu de vue le fameux Michel .. qui réaparait comme par magie pour l'occasion de cette expo chez nous.  Je lui souhaite le meilleur et mieux encore ..!

  • Expo de Norbert Robles à la galerie racines

    Du sud vers le nord :affiche robles
    l’axe inattendu de Norbert Roblès

    Il est né à Sidi-bel-Abbès, Algérie, en 1953 dans une famille d’origine espagnole ; a ensuite étudié à l’Ecole des Beaux-Arts de Grenoble avant de faire la connaissance d’une… Suédoise ! Mariage et installation en Suède depuis près de trois décennies désormais. Héritage du nord et du sud chez notre artiste - l’expressionnisme n’était-il pas né dans les brumes nordiques ? Démonstration par Norbert Roblès.

    Une certaine conception du traçage dans l’espace le rattacherait à une tradition qui s’ancrerait chez Picasso, ou, plus récemment, chez Alechinsky. La ligne, le trait, la couleur, l’image à l’intérieur, l’image à l’extérieur. La touche, ample, liquide, déliée dans ses acryliques, devient nerveuse, acérée lorsque l’outil du graveur remplace le pinceau.

    Tout, chez Norbert Roblès, peut se définir par l’entremêlement des visages et des corps. Peu d’érotisme dans cette mêlée, quoique… mais plutôt le grouillement de nos vies contemporaines, de nos accélérations citadines. Tel un ruban de Moebius, corps, visages, animaux, bouts de choses indéterminées, se retrouvent dans un en deçà et un en-dehors perpétuel de l’image. Le fragment sur lequel le regard se pose est parasité par l’image adjacente. Le détail se fond dans le tout, mais la totalité du tableau vibre de ses mille particules.

    Ces visages et ces corps omniprésents, suggérés ou clairement visibles, se rattachaient autrefois, chez l’artiste, à la livraison d’une humanité plutôt stressée, « sous pression » dirions-nous. Tout s’y trouvait comme en accéléré. Malaise palpable, bouche crachant le feu comme une éructation destinée au monde alentour. Récemment – sérénité due à l’âge avançant ? -, les images tendent vers l’apaisement, vers le sourire esquissé ou affiché. Toute une présence animale aussi s’y retrouve dans une mixité des êtres dans le monde. L’animal, l’avenir de l’homme ? Là, quand nous n’y serons plus ? D’aucuns le pensent. Mais, dans le même temps, toute une dématérialisation joyeuse et colorée de ces êtres voit le jour dans les œuvres récentes. La fragmentation des corps et visages est donnée dans une sarabande d’accents vifs. « Une vie cachée », par son titre et son contenu, suggère bien ces images dispersées, éclatées.

    L’artiste s’est fait aussi « peintre d’objets ». Non pas sculpteur – les figurines proviennent de diverses brocantes – mais ajout de peinture sur ces objets trouvés. Entremêlement de visages en noir et blanc – ou dans un sépia léger. Des images de la culture telle cette Victoire de Samothrace, ou, là aussi, le bestiaire bien-aimé.

    Chez Norbert Roblès, le nord EST le sud, et réciproquement ! Héritier du Maghreb et de l’Espagne - d’où nous vient le mot sarabande évoqué plus haut, une danse rapide à l’origine avant de s’alanguir -, l’artiste enveloppe l’art de deux continents. Ce mot, encore, d’Alechinsky : « le propre de l’artiste n’est pas de reproduire le monde, mais d’y ajouter du sens.»



    Michel Aebischer

    Merci à M Aebischer pour ce papier et juste vous rappeler les dates de cet expo: du
    19 juin au 5 juillet galerie ouverte du jeudi au dimanche de 15 à 19h
    ou sur rendez-vous au
    00 33 450 40 50 62

    www.robles.se

    Exposition :
    Galerie Racines
    Rond-point de Brétigny
    F-01280 Prévessin
    Vernissage le 19 juin, dès 18h
    Jusqu’au 5 juillet
    Du jeu. au dim. de 15h à 19h
    0033 4 50 40 50 62
    http://sans-pitre.blog.tdg.ch
















  • L'envers de Flo

    Je vous dévoile vite fait le verso
    de Flo , une peinture qui avait une longue, très longue histoire, ell restera figée dans cet état, chez le collectionneur qui  j'espère l'aimera longtemps.
    Peinture exosée si souvent dans différents états, elle avait pris du poids  au fil des années;
    Adieu  Flo à la boucle bleue, ta boucle est bouclée

  • Vernissage à la galerie de la grange chez Luc Doret

    C'est dans une semaine exactement:
    A la galerie de la grange dans cette région de Vallorbes, chez Luc Doret , un artiste qui gère ce très bel espace.  La période  de toutes les remises en question prend de l'intensité.. l'envie de tout revoir, particulièrement les fonds  qui sont ce qu'ils sont.
    Le sculpteur Jean Metry qui expose avec moi n'a pas ce problème.. le fond est dans l'air du temps pour lui, plus ou moins humide.. ou frais..
    Enfin voila quoi, les angoisses de l'artiste face au fond de lui-même..
    Insondable problème de fond.

    Flo à la bavette a changé de couleur de fond au moins 3 fois hier, voici un des états de celui ci
    Inson
    Flo a la bavette

  • Le métier de galeriste

    Je ne sais pas vraiment le bien fondé de ce métier en période de doute et concurrence acharnée sur le net ?
     Etre galeriste ou être "marchand de tableaux" comme au bon vieux temps
     Etre celui qui vend des peintures comme on vend de la lessive, ou être celui qui défend et respecte les artistes avec lequels il travaille..
     Là aussi, dans cette période de crise,  j'attends les réponses..
     Et je vends dans mon atelier, je fais "opération portes ouvertes"
     je vends et  ceux qui aiment mon travail achétent  à l'artiste qui se trouve dans son atelier tout naturellement..
     Image iconoclaste: mon château en Ecosse: Puzzle peint : 1er état d'une pièce qui a du representer beaucoup de travail quant à la réalisation ((120x80cm à peu près)